L’emploi dans le secteur de l’immobilier : des métiers qui ne connaissent pas la crise !

L’immobilière ne connaît pas la crise. Au contraire, 80% des employeurs de l’industrie prévoient même d’embaucher au cours des trois prochaines années. Le moment est peut-être venu de commencer dans l’immobilier. Secteur de l’emploi, l’immobilier est très lourd, avec près d’une centaine de métiers différents en ingénierie, construction, marketing et gestion immobilière.

La crise n’a aucun impact sur l’immobilier

La résilience du secteur immobilier est assez inattendue. En effet, pour les logements plus anciens, en raison de l’ampleur de la crise économique et sanitaire, une baisse du marché était attendue, même si elle était censée être modérée. En fait, nous avons déjà une stabilité virtuelle par rapport à un niveau très élevé. Il a vendu plus d’un million de maisons d’occasion. L’immobilier a également atteint un niveau similaire avec une baisse de seulement 4%. Plus de 1 020 000 maisons ont été vendues, ce fut donc une très bonne surprise. En termes de prix, il y a aussi une bonne surprise puisqu’il a augmenté de prix d’environ 5% sur un an, ce qui est un très bon chiffre dans le contexte économique et sanitaire.

Les raisons de cette résistance du marché immobilier

Parce que la richesse est toujours un élément essentiel de l’esprit français. Parce que des taux bas augmentent le pouvoir d’achat de ceux qui ont pu payer pendant plus de 20 ans à un taux de 4%. Vous êtes donc presque plus riche. Selon le prix de vente, la mensualité est réduite de 4% à 1% et cela a pour conséquence d’augmenter le nombre d’acheteurs fiables et le nombre de personnes éligibles au crédit. En additionnant le pouvoir d’achat croissant et le nombre d’acheteurs importants face à un marché qui n’augmente pas en volume, malheureusement, le nombre de ventes d’occasion est assez limité. Vous avez un marché très dynamique, cela fait monter les prix. Le secteur immobilier apparaît toujours plus que tout comme une valeur refuge. Malgré la crise sévère que nous avons traversée, les ménages bénéficient d’une variété de soutiens qui restent finalement assez bien entretenus.

Les conséquences de la crise sur l’immobilier à long terme

Il peut y avoir une demande de transfert aux dépens des très grandes villes et au profit des villes de banlieue ou de taille moyenne. Malheureusement, on peut encore penser que le taux de chômage augmentera. Ce taux de chômage peut être un facteur de régulation de la dynamique du marché. Un facteur qui a été observé pourrait être amplifié, à savoir une augmentation extrêmement forte du nombre d’acheteurs en tant qu’investissement. Le secteur immobilier redevient ou devient une sorte de lingot.

Job d’été : à partir de quel âge peut-on travailler ?
Pourquoi et comment se reconvertir dans les métiers du numérique ?